Contact : 0 805 38 05 55 initiative@treeseve.eu

Pourquoi avoir participé au World Class Business Leader fin juin ?

Que nous disent certains grands groupes sur la Neutralité Carbone ?

Le sujet des enjeux de neutralité carbone pour les entreprises est particulièrement parlant pour nous et notre activité et nous partageons aujourd’hui sur la conférence du 29 et 30 juin dernier au World Class Business Leader forum à Paris.

Cet événement a rassemblé de nombreux représentants de grands groupes et de PME/ETI pour témoigner de la réalité et la diversité d’une trajectoire de neutralité carbone. La plupart des entreprises présentes ont mis en place une politique RSE qui intègre les objectifs de neutralité carbone. Si l’intégration des Scope 1 & 2 ne pose pas trop de problème il n’en va pas de même du Scope 3 lorsqu’il s’agit de mesure l’impact carbone des fournisseurs en amont ou bien des clients en aval.

Les nouvelles contraintes économiques et énergétiques que nous connaissons aujourd’hui vont donc accélérer le déploiement des feuilles de route carbone dans les entreprises de toute taille.

Pour autant le sujet progresse et l’intervention de Madame Natacha Tréan, Maître Conférence en management stratégique des achats à l’Université a montré comment la réflexion sur l’empreinte carbone des fournisseurs participe notamment à faire évoluer la fonction achats dans les entreprises et les relations clients fournisseurs.

 

Comment mettent ils en place une trajectoire carbone ?

Transformer l’entreprise

La mise en place d’une trajectoire carbone va bien au-delà de mesurer et de réduire les émissions. Elle est l’occasion de redéfinir les process de production de commercialisation, de relation avec les fournisseurs, clients et même concurrents.

 

Réfléchir et travailler en réseau

Le Groupe la Poste a pu s’allier avec ses concurrents pour créer un marché des véhicules électriques d’une taille acceptable pour être considéré comme un projet à part entière par des constructeurs automobiles.

 

Une révolution culturelle interne

Madame Hélène Vallade, Directrice Développement Environnement du groupe LVMH, est allée plus loin en parlant de révolution culturelle interne. Un seul exemple, la rémunération variable des dirigeants du groupe intègre désormais des objectifs de neutralité carbone.

Par ailleurs, sur les sujets Ressources Humaines, toutes les entreprises présentes ont été d’accord sur le fait que les actions environnementales étaient aussi un élément de fidélisation de leurs salariés et un élément important pour attirer de nouveaux talents. Les déclarations des étudiants des Grandes Écoles en juin 2022 rappellent cette demande des milléniums.

 

Dernièrement, Alexandre Bompart du groupe Casino a détoné en affirmant aux Assises d’Aix en Provence : « Je rêverais de me lever tous les matins en me disant que je vais sauver la planète, ma vocation c’est de créer de la valeur, pas de sauver la planète ». Il parlait de sa responsabilité de « rentabilité » et déniait ainsi une responsabilité dans la transition écologique. Ceci devient désormais aberrant et montre néanmoins que peu de dirigeants se sentent engagés sur ces sujets Climat et Biodiversité. Pour les actionnaires la période des assemblée générales a montré que le sujet du climat est au cœur des débats parfois houleux et que cette thématique va devenir de plus en plus prégnante et s’inscrire dans la durée.

 

La notion de compensation est encore un sujet qui est discuté avec des partis pris assez marqués entre ceux qui ne souhaitent pas aller au delà du Mesurer et Réduire, et ceux qui commencent à intégrer la notion de Captation ou Contribution. Le Science Based Targets est un élément engageant retenu par beaucoup de groupes. 

Quels projets choisir ?  

Nous avons pu noter que quelle que soit leur feuille de route et quel que soit leur secteur, les décideurs ont une appétence pour des projets réalisés en France. Il a été intéressant de noter que le filtre « projets Label Bas Carbone » n’est plus la préoccupation ultime. En effet, le peu de projets et la non-matérialité des certifications ne permettent pas aux grands groupes d’agir à l’ampleur de leurs enjeux. Ils sont donc plutôt sur des choix de typologie de projets (forets exploitation bois, reboisement, agriculture).

Enfin, tous les intervenants s’accordent sur le fait que la neutralité, si elle est possible, passe par la biodiversité, sa protection, sa régénération.

Le format du forum a favorisé les échanges directs et des rencontres en petit comité – 200 personnes inscrites. Malgré notre taille d’entreprise encore modeste, nous avons pris conscience de l’atout que nous pouvons apporter à ces grands groupes en terme de réflexion sur les Solutions Naturelles de Captation carbone par la reforestation à mettre en place pour leurs enjeux de captation carbone et de projets Biodiversité.

Nous avons donc eu beaucoup de plaisir à partager sur nos projets de reforestation en France qui respectent 3 grands principes : additionnalité, permanence et traçabilité. Nous sommes bien dans des Solutions concrètes, de grande ampleur pour les entreprises dans leur démarche de réduction et de contribution carbone.

Nous intervenons en sessions de réflexion sur ces sujets auprès des CODir.

Contactez-nous pour en parler.